Forum RPG basé sur la saga vidéoludique Resident Evil et conçu collectivement par une équipe de rôlistes
 

Partagez|

|| Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Big Brother

avatar

Fondateur
Big Brother
MESSAGES :   188
ARRIVEE :   13/04/2013
AGE :  

AGE DU PERSO :  
FACTION :  
METIER :  
MessageSujet: || Contexte Mer 22 Mai - 15:48



Liberty City Fall




- Le contexte -



Le 23 décembre 2012 eut lieu l'incident qui scellerait à jamais le destin de l'agglomération new-yorkaise, ainsi que celui de millions d'âmes. Une série d'explosions secouèrent le New-York Palace, prestigieux site du bal de charité de Noël organisé annuellement par Umbrella Corporation, et causèrent la mort d'une foule d'invités... Au nombre desquels figuraient le Maire et le Secrétaire Général des Nations-Unies.
Les secours, dépêchés rapidement sur les lieux de ce que l'on qualifiait "d'attentat terroriste", se retrouvèrent finalement dépassés par l'ampleur du désastre, en particulier lorsque certaines victimes se relevèrent pour dévorer leurs sauveteurs. En moins d'une heure la "folie cannibale" succédait à "l'attentat de Noël" à la une des principaux médias télévisés...
Acculé, le Président des États-Unis d'Amérique donna carte blanche au Pentagone pour la mise en place d'un cordon sanitaire, ce afin de filtrer les flots de réfugiés qui fuyaient le chaos sanglant qu'étaient devenus Manhattan et Brooklyn.

Dans la nuit du 24 au 25 décembre, un individu présentant les symptômes du virus T ne se révéla contaminé qu'une fois le cordon sanitaire franchi, provoquant de facto la "fermeture temporaire" des principaux check points. La situation prit une tournure tragique sur Brooklyn Bridge quand, emportés dans un mouvement de panique, les New-yorkais tentèrent de franchir le dispositif de filtrage pour échapper au carnage. Les appels au calme et les sommations d'usage adressés par les GI's ne tardèrent pas à s'étouffer dans le chaos annoncé. Un tir se fit entendre, puis un autre... Aux supplications et aux cris d'épouvante des malheureux répondirent l'aboiement des canons de 25 mm des transports de troupe Bradleys. Brooklyn Bridge explosait trois heures plus tard.
Le jour suivant, ce fut un ferry tentant de quitter Southampton, à l'ouest d'une Long Island ravagée par une foudroyante pandémie, que coulèrent deux F-18 ayant décollé en urgence de l'USS Reagan. En dépit de la démission du Secrétaire de la Défense, le plan "Iron Wall" fut entériné par la Maison Blanche... Toute la moitié est de New-York, ainsi que l'île de Long Island, étaient déclarées "Zone d'Exclusion Sanitaire" le 28 décembre 2012.


Depuis, un silence macabre était tombé sur ce qui avait été le coeur de "Big Apple". Les incidents du 24 décembre avaient amenés ceux que l'on appelait désormais les "exclus" à prudemment déserter les abords de la zone de quarantaine, surveillés par l'un des plus importants dispositifs militaires jamais déployés sur le sol américain. Seuls s'y risquaient parfois les corps titubants de contaminés gémissants, ce à la plus grande joie des GI's et US Marines qui s'offraient ainsi un occasionnel concours de tir.
Néanmoins, les caméras thermiques des drones Raptors, ainsi que les retranscriptions satellites rapportèrent plusieurs vidéos prouvant la survie effective de nombreux habitants, disséminés tout du long de Long Island et des quartiers ravagés de Manhattan, de Brooklyn et du Queens.
Les débats agitèrent l'administration américaine et le Congrès, alors que des mouvements divergents prenaient forme dans tout le pays, jusqu'à ce que la décision solennelle soit prise que l'Amérique n'abandonnerait jamais ses enfants. L'absence totale de maîtrise de la menace biologique rendant caduque tout possible retour en son sein, un pont humanitaire fut décrété, ce afin de soulager au mieux les "maux" dont souffraient la population de l'île.



Après plusieurs mois, la survie est restée un combat quotidien, et le risque d'infection au virus T reste un danger pour la plupart des survivants, bien que d'autres menaces non moindres planent toujours au-dessus de leurs têtes...
De nombreuses BOWs rôdent dans les rues dévastées de "Liberty City", ou ont élu leurs tanières dans les bosquets sauvages de Long Island, ne manquant pas de marquer de manière sanglante leurs territoires. Qu'elles soient issues d'une évolution de l'agent pathogène, ou qu'il s'agisse d'organismes directement testés sur une zone sinistrée ne risquant aucunement d'attirer un scandale médiatique, ces abominations génétiques représentent un danger permanent.
Si les quelques équipes d'Umbrella dépêchées sur place, pour recueillir des données terrain ou explorer certaines anciennes installations clandestines, ont désormais gagné une sinistre réputation auprès des rescapés, les agents du BSAA et les éléments de la Garde Nationale ne sont pas moins vus comme des gardes-chiourmes.

Pourtant, en dépit des menaces intérieures comme extérieures, de nombreux "exclus" s'accrochent avec l'énergie du désespoir à cette chose si chère qu'est la vie humaine. Qu'importe la souffrance pour s'emparer d'une ration tombée d'un container humanitaire, qu'importe ceux ayant profité de la faillite de l'État de droit pours'arroger des droits seigneuriaux, qu'importe ces "extérieurs" bien trop prompts à tirer d'abord et poser les questions ensuite...

Bienvenue à New-York... Le seul proverbe encore de rigueur sur cette terre de malheur est le suivant : "si tu ne souhaites pas mourir une seconde fois, garde la dernière cartouche pour toi !"

© Raven
Liberty City Fall RPG
Reproduction interdite


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://re-libertycityfall.forumactif.com

|| Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil - Liberty City Fall ::  :: Règlement et Contexte-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit